www.pi314.net


Histoire
Mathématiciens
Toutes les formules
Approx. numériques
Programmes
Algos perso/divers
Décimales
Poèmes
Articles/vidéos
Délires !
 Pi-Day
Images/Fonds
Musique
Liens sur Pi
Bibliographie



Boris Gourévitch
L'univers de Pi - V2.57
modif. 13/04/2013



Pi-Day dans
Pi Day Countdown
Google
Accueil Historique/Actu (Pi, site, moi) Edito Livre d'or Pages en .pdf Je me présente Quelques photos Remerciements Page des nets d'or Sites qui m'indexent Derniers changements Contact

page d'accueil



L'Edito
Octobre - Novembre - Décembre 2003


D'autres photos de votre serviteur

Les anciens éditos pour les nostalgiques...
avril 2000, mai/juin 2000, juillet/août 2000, septembre/octobre 2000, novembre/décembre 2000, janvier/février 2001, mars/avril 2001, mai/juin 2001, juillet/aout/septembre 2001, octobre/novembre/décembre 2001, janvier/février/mars 2002, avril/mai/juin 2002, juillet/aout/septembre 2002, oct/nov/dec 2002, jan/févr/mars 2003, avr/mai/juin 2003, juillet/aout/septembre 2003


Bonjour à tous !
je n'ai pas eu à chercher bien longtemps ce trimestre pour savoir de quoi je pouvais bien vous parler. Je m'en vais plonger dans les délices et les coulisses de la vie d'un concepteur de site internet, le fameux webmaster ! L'événement pour le site, c'est en effet son changement d'hébergeur, c'est à dire le changement de l'ordinateur et de la société chez lequel il était implanté physiquement. Ce n'est pas si anodin que cela pour un webmaster. En effet, l'hébergeur représente par exemple une adresse où tout le web nous connaît, pour moi, http://membres.lycos.fr/bgourevitch même si je demande à mes internautes d'utiliser le nom de domaine http://www.pi314.net pour accéder au site, justement pour éviter ces désagréments lorsque le site change d'hébergeur. En conséquence, les moteurs de recherche qui renvoient vers mon site ne connaissent que l'adresse Multimania/Lycos. Le temps qu'ils s'adaptent, les poules auront des dents.... D'ailleurs, un des problèmes du web actuel, c'est bien son manque de réactivité. On ne compte plus les fameuses "erreur 404", ces pages fantômes qui ont hébergé un site dans des temps reculés. Ca ne risque pas de s'arranger, avec le volume toujours croissant des informations sur le net (et donc le volume à mettre à jour constamment pour un moteur de recherche) mais aussi la valse des entreprises, ou leurs rachats, en ces temps de consolidation pour les sociétés Internet, et qui provoquent des déménagements perpétuels (exemple Mygale passé à Multimania, passé à Lycos).
En tous les cas, changer d'hébergeur signifie pour le webmaster une baisse probable de fréquentation, de nouvelles habitudes à prendre et surtout la recherche de la moindre contrainte. Car ne nous y trompons pas, la communauté des étudiants webmasters refusera bien souvent de débourser même 15 euros pour planter son site quelque part. Ce n'est même pas une histoire de 15 euros, (quoique... :o) ) c'est un état d'esprit, un poil utopique et parfois agaçant, qui découle en apparence ou plus profondément de démarches anti-commerciales, anti-microsoft, anti-monopole, anti-contraintes etc... C'est très à la mode avec l'esprit logiciel libre par exemple, et le sieur Linux au pingouin célèbre. De la même façon, le net doit rester libre, ouvert à tout le monde, égalitaire et j'en passe. Bon moi je crois surtout qu'il est quasiment impossible d'éviter l'apparition des marchés et du commerce. Après tout, dès que quelqu'un a besoin d'un service de qualité supérieure, il est souvent prêt à payer. Si le payant se développe suffisamment et atteint une certaine audience, les boites qui offraient du gratuit se mettent à reconsidérer leurs offres. Tout est question d'équilibre entre ce que sont prêtes à offrir certaines sociétés ou associations, et leurs moyens (et dans une certaine mesure l'idéologie de leurs têtes pensantes). La seule chose qui me semble importante, c'est qu'il reste toujours une population de boites souples à côté de la population inévitable de requins. Par exemple chez Free, nombre sont ceux qui ont souscrit à l'offre de Free sans consommer un centime d'internet, juste pour avoir l'hébergement de leurs pages personnelles. Je ne pense pas une seconde que Free ignore ce point et c'est avec une relative bienveillance qu'ils laissent couler. Mais malgré toute la bonne volonté évidente de cette société, si les pages personnelles leur coûtent un jour trop cher, et ne leur rapporte pas assez en terme de notoriété, ils en viendront peut-être à ajouter des clauses dans leurs contrats.... Et passeront peut-être dans le camp des requins qu'a rejoint, je n'hésite pas à le dire, la société Lycos.
Petit rappel historique : j'ai ouvert mon site internet en juin 1999 chez l'hébergeur appelé à l'époque Multimania (et qui venait de prendre la succession de l'association Mygale, très appréciée des webmasters.). Déjà à l'époque, le passage de Mygale sous l'égide d'une vraie boite comme Multimania avait fait bouillonner les forums des libertaires du net. Mais en même temps, il faut se rappeler ces temps bénis de l'internet. C'était le règne de l'opulence, de l'insouciance, de la croissance mensuelle à deux chiffres des fréquentations des sites et des créations de pages personnelles. On déversait sur les start-up des douches de millions sans grande étude ou vérification. L'esprit des pages personnelles laissait deviner une fenêtre universelle donnée à chacun de nous, c'était beau ! On sentait l'émergence d'un deuxième monde, en construction jour après jour, ou chacun pensait avoir sa chance (hormis ceux bien sûr qui n'avaient pas l'accès à l'internet mais ceci est une autre histoire !). Tout ceci se déroulait quelques mois avant les premières faillites de start-up et un an avant l'éclatement de la bulle spéculative boursière. Multimania était alors la première communauté de pages personnelles et malgré de la publicité faite sous forme d'une pop-up (une petite fenêtre flottante), qui était de toutes les manières leur seule source de financement à l'époque, la société avait réussi à garder à peu près la confiance des webmasters en proposant des serveurs rapides, assez fiables et de nombreux services comme les livre d'or, les compteurs etc... Il faut bien se dire que les autres grands hébergeurs de l'époque (citeweb, respublica, chez, tripod....) ont soit disparu, soit se sont fait manger eux aussi par de plus grosses boites et ont à peu près perdu leur philosophie de départ. Seul free a résisté, et qques autres du même genre, car leurs sources de revenus n'étaient pas directement dépendantes des pages personnelles.
Après l'introduction en bourse de multimania, et l'effondrement du marché et des start-up, la publicité sur le net s'est faite un peu plus rare pour cause de manque d'argent ou de frilosité des boites vis-à-vis de cet internet tant loué. Il est devenu clair que Multimania ne pourrait demeurer seul très longtemps. Le problème c'est que son rachat par Lycos (il y a environ deux ans, je crois, non ?) s'est accompagné d'une lente dégradation de la relation hébergeur/hébergé. Pour ma part, leur publicité en pop-up ne me gênait pas trop, il faut bien vivre. Mais comme Lycos était une véritable société d'hébergement, elle proposait des packs payants, et donc a naturellement commencé à inciter fortement ses membres à émigrer vers le service payant. Pour arriver à ses fins, elle a véritablement pourri le service des pages web personnelles gratuites. Comment appeler autrement ces changements successifs de format de publicité ? D'abord pop-up, c'est devenu un jour bannière dépliante (prenant accessoirement un tiers de l'étendue de l'écran, pour un résultat graphique horrible, sans compter l'agacement du visiteur). Mais le pire est advenu il y a quelques mois, lorsqu'ils ont conclu un accord avec la société Google. De par sa popularité et son parcours sans fautes depuis 5 ans, Google est pour l'instant l'entreprise auquel on fait le plus confiance sur le net ! Ca se comprend, vu son potentiel et l'impossibilité de l'éviter (c'est un moteur de recherche, qui plus est en nette avance technique et conceptuelle sur les autres, et qui est devenu plus efficace que les traditionnels guides, tels Yahoo. Ce dernier a d'ailleurs fini par choisir Google comme moteur !). Lycos a alors imposé à chaque site hébergé une frame à droite absolument immonde, blanche et triste, et parfois couplée à cette fichue bannière déroulante. La coupe était pleine, la communauté entière a râlé, arguant à juste titre du manque de respect de Lycos envers ses pages personnelles, dont elle dégradait l'intégrité. Rien ne s'est passé bien entendu, et même les meilleurs bidouilleurs du web se sont cassés les dents à proposer une solution simple pour l'enlever (ce qui était de toutes les manières interdit). Après plusieurs remarques excédées de mes visiteurs, et mon bouillonnement progressif, je me suis décidé à partir chez free avant d'exploser. Free a des serveurs réputés moins stables et rapides, et il est vrai que l'on peut observer assez souvent des indisponibilités des sites web. En même temps, ils ont fait de réels efforts auprès de la communauté des webmasters en proposant des outils dont elle ne dispose pas partout (php/MySQL). En outre c'est une société pour laquelle je ne me fais aucun souci concernant son avenir (au moins proche).
Voilà donc toute l'histoire... c'est vraiment regrettable je trouve, dans tout cela, la réputation de Lycos n'est pas grandie et en outre, ils perdent des sites dont ils pouvaient tout de même profiter commercialement étant donné leur relative notoriété (sans me faire mousser, un site qui a obtenu des récompenses, ce n'est jamais mauvais de l'héberger je pense !).
Espérons le retour au calme désormais, et que ceci ne me détourne pas trop longtemps de mon ami Pi :o)


Boris


A bientôt pour de prochaines aventures au pays de Pi le merveilleux (environ tous les trois mois).
Salut !

 

 

 

 


retour à la page d'accueil